acceptation, courage et sagesse

 

Mon Dieu,
Donnez-moi la sérénité
D’accepter
Les choses que je ne puis changer,
Le courage
De changer les choses que je peux,
Et la sagesse
D’en connaître la différence.

 

S’il y a une phrase que je me ferais tatouer sur la peau c’est bien la prière de la sérénité. Elle m’accompagne depuis si longtemps. Fidèle à moi-même, je ne l’ai pas intégré dans ma vie en une seule bouchée…Petit bout par petit bout, et le tout, tout à l’envers!

Le courage

Très tôt dans ma vie j’ai dû développer le courage. En faire un ami. Malgré ma résilience et mon tempérament fonceur, mon histoire m’a amené trop souvent à endosser le rôle de victime. Avec le temps j’en fit mon costume. Il était confortable d’une certaine manière car il me permettait d’expliquer ou d’excuser mon manque de courage. Mes malheurs d’enfants semblaient me donner le droit de me plaindre et surtout de ne pas grandir…«Ce n’est pas d’ma faute moi, si je suis comme ca! Vous avez vu la merde que j’ai vécue! Il y a de quoi laisser penser que je ne mérite pas mieux….pourquoi me forcer alors!»

Jusqu’au jour où, à 17 ans, j’ai lu un livre qui disait qu’une personne demeurait dans le rôle de victime car elle y perçois des bénéfices. Un bénéfice aussi simple que le fait qu’elle connait ce rôle et qu’il est plus «confortable» que d’essayer de changer…Qu’être victime de notre vie est un choix …Ouf! Le chapeau faisait! Ça m’a secoué jusque dans les tripes…Je m’en rappelle comme si c’était hier. J’ai été pendant des semaines en état de choc. Un jour, j’ai  retiré le costume. Je me refuse depuis d’être une victime de la vie! Le courage fait maintenant parti de ma façon de vivre. Le courage de m’affirmer, de vivre tel que je l’entends, d’être moi-même, d’oser et d’avancer! Je ne laisse plus personne me ramener à ce rôle!  Ça demande du courage à la tonne pour y parvenir…parfois il ne suffit pas….Alors je sors l’arsenal de « l’amour de soi» avec un grand A. Je prends alors bien soin de moi jusqu’à ce que le courage revienne dans mes veines !

Accepter

Une autre étape importante de ma vie….Accepter ce que je ne peux changer! À force de courage, je voulais tout, tout de suite et à ma façon. Bon, la vie ne fonctionne pas tout à fait de même par chez moi! Je ne sais pas pour vous, mais c’est toujours quand j’ai un plan très précis de la route à suivre que je me retrouve en pleine construction montréalaise avec ses détours et retours …à en perdre la carte! Par contre, il faut lui reconnaître, la Vie, elle, ne perd pas le nord. On comprend souvent le sens de ce parcours imprévu bien après les larmes, les joies, les frustrations, les surprises et les déceptions. Quand tous les morceaux du casse-tête se sont rejoint…Ce serait tellement plus facile si on pouvait voir le dessus de la boite du casse-tête avant de le faire…Du genre : «heille tite-fille, tu vas rusher ta vie cette année, mais c’est pour une bonne cause, tu vas enfin avoir la vie que tu voulais…»

La VIE n’agit malheureusement pas ainsi! J’ai comme cette impression qu’elle sait que nous serions déconcentrés par le nombre de morceaux écrit sur la boite au lieu d’être en apprentissage et en émerveillement devant chaque petit morceau qui s’ajoute à notre chemin.

J’ai appris à lâcher prise, à laisser aller certaine situation. Quand je me retrouve dans une situation que je ne peux changer, du moins dans l’immédiat, je change ce qui m’est TOUJOURS possible de changer : ma perception de la situation. Je me pose alors les questions : quel est l’apprentissage que je dois faire pour devoir absolument la vivre? Comment puis-je tourner cette situation à mon avantage? Bref, je ne demeure pas dans la pénombre trop longtemps…je ne veux pas que mes yeux s’y habituent!

Sagesse

La sagesse!!! Me voilà rendu là. Je suis découragée en ce moment devant le défi qu’est d’être sage… J’ai encore de la difficulté à différencier ce que je peux changer de ce que je ne peux pas …Ce que je dois ou ne dois pas changer. Il y a des guerres qui ne valent pas la peine d’être gagnées, mais étant une combattante-née, abdiquer est souvent un tour de force! Je m’épuise à m’acharner…

La sagesse demande à ce que mes choix et mes combats soient en cohérence avec mes valeurs, mes aspirations, mon bonheur. Malheureusement, je me perds à vouloir combattre pour mon bonheur, pour ceux que j’aime, pour ma planète, pour la paix, pour la justice….Vous voyez le genre? J’ai peur d’agir égoïstement quand je pense à MON bonheur, je crains de m’oublier si je ne pense qu’à celui des autres. L’équilibre….un défi constant.

En ce moment, les très nombreux détours de la vie m’amènent invariablement à développer la sagesse, du moins je me le souhaite! Ce n’est pas facile, c’est déchirant et ça me fait vivre de l’anxiété. Je suis à me demander (trop souvent) si je fais les bons choix, si dois faire preuve de courage ou d’acceptation…J’ai bien hâte de connaitre le dessein de la VIE à ce sujet, car au nombre de morceaux de casse-tête qu’elle m’envoie, ce sera toute une image! L’artiste en moi est intriguée! En espérant qu’au bout de ce chemin , qui s’enligne pour être long…La sérénité sera la couleur dominante! Je vous tiens au courant quand j’aurai enfin une vision de l’ensemble !