image ennui facebook

Vous est-il déjà arrivez de vous ennuyer? De vous sentir vide, avec aucun intérêt pour l’action ou l’inaction que vous êtes en train de faire? En fait, la question serait plutôt à qui cela n’arrive pas? Tout le monde a des petits moments d’ennui…devant un film «plate», en attente au téléphone, dans un cours donné sur un ton monotone…
Aujourd’hui, je vous parle d’un ennui plus profond…Je dirais même de désœuvrement. En fait, voilà une bien drôle de sensation que je ressens depuis un moment. Je n’ai pas croisé l’ennui souvent sur la route. J’ai trop de choses à penser, à faire, à méditer, à rien faire aussi…Je m’entends assez bien avec moi-même et il est rare que je m’ennuie. Alors, rarement j’ai ressenti cette émotion.
Je m’ennuie tellement que je refais sans cesse le même parcours. Je me vois pour la dixième fois de la journée, me diriger vers le frigo, ouvrir la porte, regarder, rester un moment à jongler avec ma conscience…Refermer la porte. Bizarrement, aucun aliment ne vient me distraire de ma torpeur. Oh non! Même la nourriture me laisse de glace! Pardon? L’une des merveilles du monde, juste après dormir et faire l’amour…ne m’intéresse plus?? Alors me voilà dans un désœuvrement des plus complet, il n’y a plus aucun doute!
S’il y a une chose qui m’intéresse vraiment en ce moment, c’est d’en sortir!! Pour une personne aussi dynamique et complètement accro à la vie, cet état me laisse dans un inconfort indescriptible!!
Sachant que nos émotions nous parlent, je me suis dit, tentons de l’écouter un peu. Fidèle à qui je suis, l’ennui qui m’habite est bavard! Donc, le voilà qui me dis qu’il est partout, quand je dessine, peint, marche dans la forêt, fait les devoirs des enfants, à la job…En fait, à l’écouter, il n’y a plus grand-chose qui semble m’intéresser!
Je me rend bien vite compte qu’en fait, c’est de ne plus savoir pourquoi je fais tout cela qui me rend si moche! Je n’ai plus de gouvernail à mon bateau! Pourtant, j’aime me laisser porter par le courant…Le problème, c’est qu’il n’y a plus de courant…Le petit bateau de ma vie ballotte sur les vagues… Aucune îles à l’horizon, pas d’oiseaux. Rien! Niet! Pourquoi patauger alors…sans même avoir de X sur ma carte au trésor?
La voilà la source de ce désœuvrement si profond… Il n’y a plus de capitaine à bord! Ce que je fais n’a plus de sens pour moi! Cette prise de conscience m’a fait un bien fou! J’ai maintenant un but, celui de trouver un sens à ma vie, à mes gestes quotidiens.  Ne serait-ce que retrouver ma curiosité, mon envie de tout voir et goûter! Je me rend bien compte que depuis un moment , les «je devrais», « je dois», «il faut» m’ont envahie, submergée et finalement éloignée de mes repères. Et pour être certaine de bien m’oublier dans tout cela , je me suis ajouté un gallon de culpabilité chaque fois que je m’éloignais de mes impératifs! Je me suis perdue…moi, mes intérêts, mes passions, mes envies propres et même mes rêves… En me perdant ainsi j’ai perdu le goût précieux de la vie.
On ne se le cache pas, le pire boss qu’on peut avoir c’est souvent soi-même! Et dans mon cas, ça ne peut pas être plus vrai, étant travailleur autonome! Je suis partie à mon compte dans un domaine qui me passionne!

Malheureusement, ce que je faisais par plaisir est rapidement devenu un impératif et une obligation. Notre passion devient notre gagne-pain! Le stress monétaire a fait en sorte que je me suis mise une grande pression pour réussir et pour travailler plus rapidement. J’ai commencé à faire tout ce que je pensais qu’on attendait de moi au lieu de rester connecté à ce que j’attendais de moi. Le plaisir a pris le bord! La créativité aussi!
Alors, maintenant que ma conversation est terminée avec l’ennui et qu’on semble avoir fait le tour de la question, je l’ai invité à partir vers d’autres contrés bien loin de la mienne.
Me voilà donc sur mon bateau, au milieu de l’océan bien déterminée à mettre un X sur ma carte et orienter ma voile vers une nouvelle destination! Finalement, je remercie l’ennui d’être venu faire un tour! Cette émotion m’aura permis de me rendre compte que j’avais perdu le nord et que je devais lever ma tête vers les étoiles un peu plus souvent pour ne pas perdre de vue mon chemin! Voilà, pourquoi aujourd’hui je vous écris ce premier billet…Car c’est ce que j’avais le plus envie de faire depuis trop longtemps! Écrire et illustrer ! Bienvenue à bord!